C’est l’histoire d’une femme de nos jours, issue d’une petite-bourgeoise provinciale, pharmacienne, qui par l’intermédiaire de son mari, est amenée à fréquenter des catholiques traditionalistes, dont le discours radical semble l’attirer. Par souci d’intégration et d’élévation sociale, elle en vient à se rendre plus assidument à la messe, à lutter contre des spectacles dits-blasphématoires, à s’engager dans des groupes anti-avortement ou anti-mariage pour tous. Elle s’épanouira dans ce militantisme, tentera d’embrigader ses proches et ses enfants dans ce qu’elle considère comme l’aventure la plus excitante de sa vie. C’est l’histoire de son glissement idéologique, de son aveuglement.

Une télénovelas aux accents de tragédie shakespearienne, un talk-show péi où la farce reste de mise. 

Une télénovelas aux accents de tragédie shakespearienne, un talk-show péi où la farce reste de mise. 

Une télénovelas aux accents de tragédie shakespearienne, un talk-show péi où la farce reste de mise. 

Une télénovelas aux accents de tragédie shakespearienne, un talk-show péi où la farce reste de mise. 

Une télénovelas aux accents de tragédie shakespearienne, un talk-show péi où la farce reste de mise. 

Un homme est en colère. On lui a menti sur son passé. Il veut des réponses et surtout la vérité. Vingt ans après avoir quitté sa terre natale il part à la recherche de son histoire, de son identité. Une identité double et singulière.

Un homme est en colère. On lui a menti sur son passé. Il veut des réponses et surtout la vérité. Vingt ans après avoir quitté sa terre natale il part à la recherche de son histoire, de son identité. Une identité double et singulière.

Un homme est en colère. On lui a menti sur son passé. Il veut des réponses et surtout la vérité. Vingt ans après avoir quitté sa terre natale il part à la recherche de son histoire, de son identité. Une identité double et singulière.

Une télénovelas aux accents de tragédie shakespearienne, un talk-show péi où la farce reste de mise. 

© Théâtre sous les Arbres
Suivez nous: